Kan Gao, Chinois de Cayenne

Kan Gao, Chinois de Cayenne


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Kan Gao, Chinois de Cayenne.

© Photo RMN-Grand Palais - G. Blot

Date de publication : mars 2016

Contexte historique

Au XVIIIe siècle, la Guyane occupait une position stratégique comme base de mouillage des vaisseaux corsaires. Des Chinois furent alors introduits pour créer de nouvelles plantations.

Analyse des images

Dans les Explications des gravures au trait de quelques tableaux de P.-L. De Laval, peintre d’Histoire par C.-A. de Laval, Paris, 1858, nous pouvons lire : « Kan-Gao était le chef des soixante Chinois amenés à Paris en 1821 par le capitaine de vaisseau Philibert, et qui ont été transportés à Cayenne pour y cultiver le thé. / Tout dans ce tableau est chinois ; le personnage, les vêtements et tous les accessoires sont faits d’après nature, et la vue des côtes qu’on aperçoit dans le lointain est conforme aux dessins relevés sur les lieux par l’un des officiers de l’expédition. / Kan-Gao est représenté sur une terrasse. Il est vêtu d’une espèce de blouse de crêpe de Chine rose, d’un jupon de soie blanche orné de dessins de diverses couleurs peints à la main ; son pantalon et ses bas sont de coton blanc, et ses souliers sont un tissu de paille et d’étoffe ; son bonnet est de soie noire ouvragée de même couleur ; son parasol est en papier peint, entremêlé de soies de diverses couleurs. »

Interprétation

Elève de Forestier et de Girodet, peintre de grands décors religieux et profanes (château de Compiègne, églises Saint-Louis à Versailles, Saint-Leu-Saint-Gilles à Paris, etc.), Delaval était aussi un portraitiste reconnu. Indice d’un intérêt nouveau pour l’exotisme qui avait déjà fait florès au XVIIIe siècle, ce portrait, peint lors d’un séjour effectué par Kan-Gao à Paris pour y être instruit, fut unanimement célébré par la critique comme remarquable, tant sous le rapport du coloris que sous celui de l’exactitude du costume et des accessoires. Car, en plus de l’exotisme de la représentation, Delaval usa ici de ce que l’on pourrait appeler un exotisme technique : le portrait du « Chinois de Cayenne » est en effet entièrement exécuté avec des pigments venus de Chine. On peut voir aujourd’hui dans cette œuvre comme un premier témoignage de l’émergence, dans la France de la Restauration, d’un art d’inspiration coloniale.

  • histoire coloniale
  • exotisme
  • portrait

Bibliographie

Densie BOUCHE et Pierre PLUCHO Histoire de la colonisation française Paris, Fayard, 1991.Annie REY-GOLDZEIGUER, Jean MEYER Histoire de la France coloniale T.1 : La conquête Paris, A.Colin col.Agora, 1996.Serge MAM-LAM-FOUCK La Guyane française au temps de l'esclavage, de l'or et de la francisation (1802-1946) Petit-Bourg (Guadeloupe), Ibis rouge, 1999.Serge MAM-LAM-FOUCK Histoire générale de la Guyane française des débuts de la colonisation à l'aube de l'an 2000 : les grands problèmes guyanais, permanence et évolution Kourou, Ibis-Rouge, 1996.

Pour citer cet article

Robert FOHR, « Kan Gao, Chinois de Cayenne »


Video: Dr. Atuguba. Engels that control humans, January borns


Commentaires:

  1. Shakamuro

    Diriger!

  2. Alaric

    Encore une fois, si l'on considère tout basé sur la théorie des bots. alors il y a juste une conversation très cohérente Admin - ay?

  3. Eliott

    Une pensée très précieuse

  4. Nebei

    Merci beaucoup pour les informations dont vous avez besoin.



Écrire un message