Histoire de Yankton - Histoire

Histoire de Yankton - Histoire

Yankton

(Yacht : dp. 976 (est.) ; l. 186'0" (wl.) ; b. 27'6" ; dr. 13'10" (moyenne) ; s. 14 k. ; cpl. 78 ; a . 6 3-par., 2 Colt mg.)

Penelope, une goélette à coque en acier construite en 1893 à Leith, en Écosse, par Ramage & Ferguson, a été acquise par la Marine en mai 1898, rebaptisée Yankton et mise en service le 16 mai 1898 à Norfolk, en Virginie, sous le lieutenant Comdr. James D. Adams aux commandes.

Acheté pour augmenter la Marine pour la guerre hispano-américaine, le Yankton est resté à Norfolk jusqu'au 18 juin, date à laquelle il a quitté la baie de Chesapeake à destination de Cuba. Elle est arrivée au large de Santiago de Cuba le 25 et s'est présentée au service avec la Flotte de l'Atlantique Nord du contre-amiral William T. Sampson. Deux jours plus tard, elle a pris le poste de blocus au large de la côte sud de Cuba, près de Cienfuegos. Pendant trois semaines de patrouille dans cette station, elle a rencontré l'ennemi à trois reprises. Tout d'abord, alors qu'elle se dirigeait vers Casilda vers 8 h 46 le 26 juin, elle a vu le yacht jumeau Eagle engager une batterie côtière espagnole sur le cap Muno. Yankton a fermé le rivage pour l'aider et a ouvert le feu à 0860. Vingt minutes plus tard, après avoir appris qu'un de ses obus avait atterri au milieu de la batterie ennemie, il a cessé le feu. Cet après-midi-là, elle a rejoint Dixie dans le bombardement de plusieurs canonnières espagnoles couchées derrière le récif de Casilda. Trois jours plus tard, vers 16 h 00, elle aperçoit de la fumée à l'horizon sud-ouest, apparemment produite par un navire se dirigeant généralement vers Cienfuegos. Yankton a poursuivi l'intrus pendant environ deux heures, mais sa proie a apparemment bénéficié d'un avantage de trois nœuds sur le yacht. Le commandant du Yankton a interrompu la poursuite après avoir provisoirement identifié le navire en fuite comme étant le croiseur auxiliaire espagnol Alf onso Xll. Cependant, il n'a cité aucune preuve pour corroborer cette identification.

Suite à cette rencontre, le yacht converti a repris son devoir de blocus et a continué la routine sans incident jusqu'au 21 juillet. Ce jour-là, elle est devenue en route pour la Baie Guantanamo, où elle est restée depuis neuf jours — probablement pour l'entretien et le réapprovisionnement. Le 30 juillet, elle s'est tenue hors de la Baie Guantanamo et, le jour suivant, a repris la station de Cienfuegos. Elle y est restée jusqu'à trois jours après la signature du protocole d'armistice du 12 août, date à laquelle elle a quitté les eaux cubaines. Après un arrêt de deux jours à Key West, Floride, elle a continué son voyage au nord à Hampton Roads où elle est arrivée le 22 août.

Le Yankton est resté dans la région des caps de Virginie et de Norfolk jusqu'au début de 1899. Le 16 janvier, il s'est détaché de la baie de Chesapeake et s'est dirigé vers le sud à Cuba. Après une escale d'une nuit à Palm Beach, en Floride, le yacht a atteint la baie de Guantanamo le 24. Elle est retournée dans le pays nouvellement indépendant pour effectuer des travaux d'enquête côtière et pour participer aux quatre années d'occupation de Cuba après la guerre. Une fois par an, il retournait au nord à Portsmouth, N.H., pour une révision annuelle d'une durée de deux à trois mois avant de reprendre ses fonctions dans les eaux cubaines. Au cours de cette période, Yankton a fait escale le plus souvent à Santiago de Cuba et à la base navale américaine nouvellement louée sur les rives de la baie de Guantanamo. Plus tard, ses fonctions ont emmené Yankton dans la baie de Nipe, la baie de Levisa et Gibara, toutes situées dans la province orientale le long de la côte nord-est de l'île. Au début de 1902, il s'était déplacé autour de l'île vers la région de Cienfuegos et l'île des Pins, toutes deux dans la zone de son ancienne station de blocus de guerre au large de la côte sud du centre de Cuba. À cette époque, sa zone d'opérations a été élargie pour inclure Porto Rico, une ancienne possession espagnole acquise par les États-Unis lors du règlement de la guerre hispano-américaine.

En juin 1903, Yankton termina sa part du travail d'arpentage cubain et quitta Santa Cruz Del Sur le 17. Après une escale de six jours à San Antonio Jamaica, pour prendre du charbon et des provisions, elle reprend son voyage de retour le 24 juin et arrive à Port Royal, Caroline du Sud, le 29. Plus tard, elle s'est déplacée plus au nord à Norfolk, VA., où elle est devenue tendre à Franklin le navire de réception à la station navale là. Ce devoir a duré jusqu'en 1904. En 1906, le yacht était remis au navire amiral de la flotte de l'Atlantique, le Maine (cuirassé n ° 10). Au cours de l'été 1906, il est devenu simplement un appel d'offres pour la flotte de l'Atlantique et a opéré en tant que tel le long de la côte de la Nouvelle-Angleterre avec la flotte jusqu'à l'automne. À la fin de décembre, le Yankton s'est déplacé vers les eaux cubaines, lorsque la flotte s'est dirigée vers le sud pour des manœuvres de printemps et a soutenu les navires de guerre américains lors d'exercices qui ont duré de janvier à avril. Au cours de la deuxième semaine d'avril, il est retourné à Norfolk et a repris ses fonctions dans ce port jusqu'à la fin de 1907.

Le 16 décembre 1907, le Yankton quitta Hampton Roads pour accompagner la « Great White Fleet » lors d'une croisière autour du monde. Elle a visité Trinidad dans les Antilles britanniques et Rio de Janeiro, au Brésil, en contournant le Cap Horn. Au cours de la traversée de la côte ouest de l'Amérique du Sud, le navire de guerre a fait six escales dans des ports chiliens, notamment à Punta Arenas et Valparaiso, et une à Callao, au Pérou. Après un court détour vers les îles Galapagos au cours de la première semaine de mars et des escales à Acapulco et Magdalena Bay au Mexique, il a atteint San Diego, Californie, le 31 décembre. Elle est restée sur la côte ouest jusqu'au 30 juin, lorsque la flotte a quitté San Francisco, à destination d'Honolulu, Hawaï. De là, le yacht s'est rendu à Tutuila, aux Samoa, puis en Nouvelle-Zélande. Après une visite à Auckland du 10 au 16 août, elle a fumé en Australie où elle a fait des arrêts à Sydney et à l'île de Thursday.

Le 9 septembre, le Yankton met le cap sur les îles Philippines et atteint la baie de Manille le 18 et reste aux Philippines pendant la première semaine d'octobre. Pendant son séjour, le yacht a visité Cavite, Manille et Olongapo plusieurs fois chacun. Le 9 octobre, elle a dégagé Olongapo et a rejoint le reste de la Flotte pour le voyage au Japon. Le 18 octobre, elle est arrivée à Yokohama et a fourni des services à la flotte pendant une visite de bonne volonté de neuf jours au Japon. Après cela, la flotte est retournée aux Philippines pendant un mois. Le 29 novembre, elle a quitté les Philippines pour revenir aux États-Unis via l'océan Indien et la mer Méditerranée. En route, il fait escale à Singapour et Colombo, Ceylan, avant de transiter par le canal de Suez début janvier 1909. Lors de son passage en Méditerranée, le yacht fait escale à Messine, en Sicile, du 9 au 14 janvier, pour porter secours aux victimes d'un tremblement de terre. qui avait récemment frappé cette île. De là, le navire a poursuivi son voyage via Villefranche, en France, Gibraltar et Funchal dans les îles de Madère, et est arrivé à Fort Monroe, en Virginie, le 17 février 1909.

Entre 1909 et 1917, Yankton a continué sa routine en tant qu'appel d'offres de la flotte de l'Atlantique. Au début de chaque année, il quittait la côte nord-est des États-Unis pour soutenir la flotte lors de manœuvres et d'exercices au départ de Guantanamo Bay, à Cuba. La seule exception à ce programme côte est-Caraïbes est survenue à la fin de l'automne 1912, lorsqu'elle s'est rendue à Hispaniola pour enquêter sur les conditions et protéger les intérêts américains pendant les troubles politiques en République dominicaine. Elle est restée à proximité de cette île du 6 novembre 1912 au 4 janvier 1913, en fumant entre et en visitant les villes portuaires de Monte Christi et Puerto Plata. Après cette mission, il est passé aux manœuvres d'hiver dans les eaux cubaines et a généralement repris sa routine précédente.

Au cours des premiers mois de 1917, Yankton patrouillait dans les eaux autour de Cuba, aidant à protéger le flux du commerce à destination et en provenance de Cuba et d'autres Amérique latine

peuvent les nations. La guerre éclata au début du printemps, moins de deux mois après que l'Empire allemand eut annoncé sa reprise de la guerre sous-marine sans restriction. Un mois après la déclaration de guerre du 6 avril, le yacht converti est entré en service avec la nouvelle force de patrouille. Son affectation initiale l'a envoyée dans les eaux le long de la côte nord de la Nouvelle-Angleterre. À la fin du mois d'août, le Yankton se dirigea vers Gibraltar pour rejoindre une section de la Force de patrouille protégeant les navires alliés à l'approche des côtes de l'Angleterre et de la France contre les sous-marins allemands.

Le yacht converti a servi à la station de Gibraltar jusqu'à la mi-août 1918. Outre les approches atlantiques du détroit, il a patrouillé des parties de la Méditerranée occidentale. En plus d'effectuer des patrouilles offensives contre les sous-marins ennemis, il a rejoint les écrans qui escortaient les convois lors des dernières étapes de leurs voyages vers l'Europe et l'Afrique du Nord et accompagnaient les navires alliés en Méditerranée occidentale. Ses journaux indiquent plusieurs contacts avec des U-boot qui, malheureusement, n'ont pu être confirmés par d'autres sources.

D'autre part, le bref accrochage avec le U-8 s'est incontestablement produit en mai 1918. Le 5, le Yankton naviguait en compagnie d'un convoi en partance de Bizerte, Tunis, vers Gibraltar lorsqu'il a aperçu le sous-marin à bâbord. Alors que d'autres navires ouvraient le feu, le yacht a sonné à pleine vitesse et a chargé à l'attaque. À peu près à ce moment-là, une énorme explosion se produisit et les membres d'équipage du Yankton aperçurent un grand geyser d'eau près du vapeur italien SS Alberto Treves. Yankton a tiré ses canons sur le coupable et, après que le sous-marin a été submergé, a largué des grenades sous-marines à proximité de sa dernière position connue. Alberto Treves avait subi une seule torpille non mortelle et avait réussi à faire escale à Marseille, pour être coulé dans l'Atlantique cinq mois plus tard par une torpille du U-155.

Pendant le reste de la guerre, le Yankton n'engagea aucun autre sous-marin ennemi, mais il assista les navires marchands torpillés. Le 29 mai, elle a aidé à sauver l'équipage d'un autre vapeur italien, SS Piero Maroncelli. Le jour de l'indépendance de 1918, la marine allemande a offert à Yankton une démonstration le 4 juillet lorsqu'un sous-marin a torpillé le navire britannique SS Merida. Heureusement, la torpille n'a pas réussi à couler Merida, et elle a atteint le port par ses propres moyens. Le navire de guerre a continué à patrouiller et à escorter des convois jusqu'au 19 août, date à laquelle il a reçu l'ordre de retourner aux États-Unis pour des réparations. En fumant via Lisbonne, le Portugal et Ponta Delgada aux Açores, il a atteint le New York Navy Yard le 6 septembre. Le Yankton opérait avec la flotte de l'Atlantique lorsque l'armistice fut signé le 11 novembre 1918. Un peu moins d'un mois plus tard, il reçut l'ordre de retourner dans les eaux européennes.

Le navire est arrivé à Plymouth, en Angleterre, le 16 janvier 1919, mais est parti peu après pour transporter deux officiers de marine à Mourmansk, en Russie, où ils devaient servir d'officiers de port américains. Elle a atteint sa destination dans le nord turbulent de la Russie le 8 février. Lorsque le contre-amiral N. A. McCully est arrivé pour prendre le commandement des forces américaines dans le nord de la Russie le 23 février, il a élu domicile dans le yacht converti. Plus tard, il l'abandonna pour un vaisseau amiral plus approprié, Des Moines (Cruiser n°16). Le Yankton et les autres navires américains affectés au nord de la Russie n'ont pris aucune part active aux opérations militaires menées contre les forces bolcheviques situées à proximité, bien qu'ils aient, à l'occasion, fourni un certain soutien aux forces d'autres nations alliées. Le yacht s'est contenté de patrouilles, de service de navire radio à Mourmansk et de service de transport militaire de passagers entre Mourmansk et Arkhangelsk. En juin, il a servi temporairement à la fois comme officier de port et comme navire radio pour Mourmansk. Le 9 juillet, après avoir amené des passagers d'Arkhangelsk à Mourmansk, il quitte ce dernier port — en compagnie des SC-95, SC-256 et SC-54 — et retourne en Angleterre.

Il est resté dans les eaux européennes jusqu'à la fin de 1919. Le 7 décembre, il a reçu l'ordre de retourner aux États-Unis et est arrivé à New York en janvier 1920. Il a été désarmé à New York le 27 février 1920 et y est resté jusqu'à sa vente le 20 octobre 1921. Vraisemblablement, son nom a été rayé de la liste de la Marine entre la mise hors service et la vente, probablement à peu près au moment où sa vente a été ordonnée le 5 juin 1920. Après sa vente, Yankton a été convertie au service commercial, mais elle s'est présentée en dossiers du gouvernement une fois de plus deux ans après sa vente lorsqu'elle a été saisie à New York chargée de rhum illégal. Après de nombreux litiges, elle est retournée au service marchand - un service marchand honnête, cette fois - jusqu'à sa rupture à Boston au cours de l'été 1930.


Histoire de Yankton - Histoire

L'école du Sacré-Cœur fonctionne actuellement en zone verte.

L'école du Sacré-Cœur est enracinée dans une riche tradition catholique. Le 25 mars 1881, le couvent des Sœurs de la Miséricorde du Sacré-Cœur annonce l'ouverture de la première école paroissiale de Yankton. Trois jours plus tard, les premiers cours ont eu lieu. Il était connu sous le nom de Saint-Martin et était situé à l'angle nord-ouest de Cedar et Fifth. Relativement de courte durée, elle a été remplacée par l'école du Sacré-Cœur, érigée juste à l'ouest de l'église actuelle

L'école du Sacré-Cœur est située à Yankton, dans le Dakota du Sud. La première école a été construite en 1884 juste à l'ouest de l'actuelle église du Sacré-Cœur. En 1922, une nouvelle école en briques de deux étages a été achevée à 5th and Capital. En 2002, la construction du nouveau PK jusqu'aux classes de 4e année a été ajoutée au bâtiment de l'église Saint-Benoît. En 2011, un nouveau bâtiment de la 5e à la 8e année a été construit sur le site de la paroisse du Sacré-Cœur. À cette époque, tout sauf le gymnase du bâtiment de 1922 a été rasé.


Tribu Yankton

Indiens de Yankton (ihanke ‘fin,’ ton’wan ‘village ‘village de fin’). L'une des 7 divisions primaires du Dakota, constituant, avec les Yanktonai étroitement apparentés, le groupe du milieu. J. O. Dorsey a organisé le Dakota-Assiniboin en 4 groupes dialectiques : Santee, Yankton, Teton et Assiniboin, le dialecte Yankton étant également parlé par les Yanktonai, car les 2 tribus étaient l'excroissance d'une tige originale. Bien que le nom Yankton était connu avant Yanktonai, il ne s'ensuit pas que les Yankton étaient la tribu aînée. Long 1 parle des Yankton comme des descendants des Yanktonai. Les Assiniboin, qui étaient une émanation des Yanktonai, sont mentionnés dans la Relation des Jésuites pour 1640 en tant que tribu, donc les Yanktonai doivent avoir existé en tant que tribu avant cette époque. Ce fait aide à retracer le Yankton à la fois historiquement et géographiquement. Cependant, le nom Yankton et certains de ses synonymes semblent avoir été utilisés tôt pour inclure les 2 tribus, la distinction n'étant probablement pas alors connue. La première mention d'eux se trouve sur la carte de Hennepin (1683), sur laquelle ils sont placés directement au nord de Mille Lac, Minnesota, dans la région du lac Leech ou du lac Rouge. Cette position concorderait géographiquement avec le retrait des Assiniboin aux Cris.

Dans le récit de l'expédition d'Hennepin attribuée à Tonti (1697), ils sont mentionnés en relation avec les Santee, Teton et Sioux, situés aux amonts du Mississippi. Ces deux références semblent s'appliquer aussi bien au Yanktonai qu'au Yankton, il est probable que les deux soient mentionnés sous un même nom général. La Chesnaye (1697) les a inclus parmi les tribus qui habitaient au nord de Mille Lac, et les a placés au nord des Santee et autres Sioux. Le Sueur (1700), cependant, parle d'un village ou d'une tribu des Sioux de l'ouest, les Hinhanetons, identifiés par Shea, probablement à juste titre, avec les Yankton, qu'il appelle le “village de la carrière de pierre rouge.&# 8221 Si cela se réfère, comme le soutient Williamson, à la carrière de pipestone dans l'extrême sud-ouest du Minnesota, cela indiquerait un changement soudain de résidence, à moins que les références soient à un endroit à l'un et à l'autre à l'autre tribu, ou s'appliquent à différentes villages ou bandes. Williamson 3 considérait les Hinhaneton comme une partie seulement du Yankton. Il y a des indications qu'un mouvement vers l'ouest a eu lieu au moment où Le Sueur a visité cette région.

Sur la carte de l'Isle de 1708, les Yankton sont placés sur la rive est du Missouri, à propos du site de Sioux City, Iowa. Pendant environ un siècle, ils ont presque entièrement disparu de l'histoire, et il n'y a guère eu de mention d'eux que comme inclus dans le terme général de Sioux. Lorsqu'ils furent de nouveau signalés par Lewis et Clark (1804), ils s'étaient peu éloignés de la position qu'ils occupaient au début du siècle précédent. Selon ces explorateurs, ils parcouraient les régions des rivières James, Big Sioux et Des Moines. Lewis, dans sa Vue statistique, les localise sur les rivières James, Big et Little Sioux, Floyd et Des Moines., une zone qui comprend le quartier de la carrière de pipestone, où Le Sueur les a placés. A partir de cette époque, ils sont devenus un facteur important dans l'histoire du nord-ouest. Long (1823) dit qu'ils sont en tout point semblables aux Yanktonai et s'en étaient probablement séparés. Ils fréquentaient le Missouri et trafiquaient généralement avec les commerçants de cette rivière. Leurs rondes de chasse étaient à l'est du Missouri. Drake (1848) les a localisés en 1836 sur les sources de la rivière Rouge du Nord.

Selon le rapport sur les affaires indiennes de 1842 et une déclaration de Ramsey en 1849, ils vivaient le long de la rivière Vermillion, dans le Dakota du Sud. Au moment de l'épidémie du Minnesota en 1862, leur chef principal, Palaneapape, les a sagement empêchés de rejoindre les ennemis et a averti les Blancs du Dakota de fuir vers les forts, sauvant ainsi des centaines de vies. Par le traité de Washington du 19 avril 1858, ils ont cédé toutes leurs terres dans le Dakota du Sud, à l'exception d'une réserve sur la rive nord du fleuve Missouri, où ils sont depuis restés en paix avec les Blancs. Immédiatement après la loi d'attribution de 1887, le processus d'attributions solidaires a commencé sur cette réserve et s'est achevé avant la fin de 1890.

Lewis, dans son Statistical View (1807), dit que les Yankton sont les Sioux les mieux disposés qui errent sur les rives du Missouri, mais ils ne permettraient à aucun commerçant à cette date de remonter le fleuve s'ils pouvaient l'empêcher. Lewis et Clark les décrivent comme étant en personne robustes, bien proportionnés et présentant un certain air de dignité et d'audace. Leur tenue est décrite comme ne différant en rien de celle des autres groupes rencontrés. Ils n'avaient alors que quelques fusils, étant généralement armés d'arcs et de flèches, dans l'usage desquels ils ne paraissaient pas aussi experts que les Indiens plus au nord. Pike les décrit, ainsi que les Yanktonai, comme jamais stationnaires, mais, comme les Teton, comme plus erratiques que les autres Sioux. Lewis (1807) a estimé leur nombre à 700. Pike (1807) a estimé la population des Yankton et Yanktonai à 4 300. Le rapport sur les affaires indiennes pour 1842 donne au Yankton une population de 2 500 en 1862, l'estimation était de 3 000 en 1867, 2 530 en 1886, 1 776. Leur nombre actuel n'est pas définitivement connu, le Yankton et le Yanktonai étant apparemment confondus sur les différentes réserves Sioux. La plupart des Indiens de l'école de Yankton, dans le Dakota du Sud, sont des Yankton et étaient au nombre de 1 739 en 1909. Il y avait également une centaine d'Indiens à l'école de Fort Totten, dans le Dakota du Nord, quelques-uns à l'école de Crow Creek, dans le Dakota du Sud, et un quelques autres sous l'école Lower Brule, dans le Dakota du Sud. Les soi-disant Yankton sur la réserve de Fort Peck, Mont., sont vraiment Yanktonai.

Groupes Yankton

Les bandes données par J. O. Dorsey (1878) sont les suivantes :

  • Chankute
  • Chagu
  • Wakmuhaoin
  • Ihaisdaye
  • Wacheunpa
  • Ikmun
  • Oyateshicha
  • Washichunchincha

Culbertson 4 mentionne un “Band qui ne cuisine pas,” et un autre ” Qui ne mange pas d'oies,” qui ne peut être identifié à aucune de ces divisions et Schoolcraft 5 fait à tort Wahnaataa, le nom de l'un des les bandes de Yankton.


Territoire du Dakota

Yankton a été l'une des premières colonies du territoire du Dakota, avec des immigrants traversant la rivière Missouri depuis le territoire du Nebraska peu de temps après que les Indiens ont accepté et ratifié le « Traité de 1858 » le 10 juillet 1859. La ville a été nommée d'après la tribu Yankton de les Indiens Sioux ou Dakota.

Le bureau de poste de Yankton (orthographié “Yancton” et “Yanckton” en 1860’ les cachets de la poste) a été créé le 17 avril 1860 à une époque où le bureau était en fait dans le “Minnesota Residual Territory”. Le territoire du Dakota a été officiellement organisé le 2 mars 1861 lorsque le président Buchanan a signé la loi organique. Le Dakota du Sud et le Dakota du Nord devinrent plus tard les 39e et 40e États le 2 novembre 1889.

Yankton était peut-être la colonie la plus importante du territoire du Dakota à ses débuts. Elle a servi de capitale territoriale de 1861 à 1883, lorsque les bureaux du gouvernement ont été déplacés à Bismarck. Yankton était adjacent à la Yankton Indian Agency, servait de point de départ pour les chercheurs d'or vers les Black Hills à la fin des années 1870 et était le terminus du Dakota Southern Railway lorsqu'il arriva dans le Dakota depuis Sioux City, Iowa en 1873.

Cette exposition englobe l'histoire postale de Yankton, dans le territoire du Dakota (1860 à 1889).

Yankton, Territoire du Dakota - La période des guerres indiennes

Yancton, D.T. 14 août 1860. Première utilisation connue de Yankton. Daté de quatre mois après la création du bureau de poste. Antidate la formation officielle du territoire du Dakota de plus de huit mois. L'orthographe “Yancton” était répandue du début au milieu des années 1860’. Le service postal était alors bimensuel sur la route de Sioux Falls City, dans le Dakota, à Fort Randall. Seuls deux cachets manuscrits connus (14 août 1860 et 14 décembre 1860).

Yancton, D.T. 14 décembre 1861. Premier exemple connu du poinçon “Yancton”. Service postal bimensuel sur la route de Sioux Falls City à Fort Randall. Type de cachet de la poste connu utilisé du 14 décembre 1861 au 20 avril 1865. La lettre ci-jointe raconte les préparatifs pour les problèmes indiens attendus.

Brownsville le 12 décembre/61 DT

M. George Shober Cher Monsieur Comme j'ai attendu longtemps pour recevoir quelques lignes de votre part et n'en avoir reçu aucune, j'ai pensé m'adresser à vous. nous allons tous bien. J'espère que ces lignes vous permettront de profiter de la même bénédiction. nous avons un temps chaud pas de neige. nous avons trois cents recrues à faire avec Randle. ils ont passé ma place la semaine dernière, donc si les Indiens ont des problèmes bientôt, nous aurons une protection. Louis Yong et 3 des garçons irlandais ici ont rejoint les recrues à ft Randle. le gouvernement recrute pour 2 entreprises à dakota. le maïs vaut 80 cts le boisseau chez moi et au dessus de moi un dollar. les temps sont durs ici. argent rare sur le compte des Indiens qui ne reçoivent aucun salaire cette année. Je suppose qu'ils recevront deux paiements. si c'est le cas, l'argent sera largement suffisant ici. l'agent est maintenant allé pour l'argent. Pas plus. Votre sincèrement
Jonathan Brown

Yancton, D.T. 17 septembre 1862. Le service postal hebdomadaire a commencé le 31 décembre 1861 sur la route de Sioux Falls City à Fort Randall, qui a été changée en deux fois par semaine depuis Sioux City, Iowa, à partir du 1er juillet 1862 (probablement en raison des troubles indiens). La lettre ci-jointe est de John H. Shober, un des premiers politiciens du Dakota, à son père et raconte l'excitation indienne dans le territoire.

Cher père,
Je saisis cette opportunité pour vous informer que je vais bien et j'espère que vous serez également bien.
Nous avons eu une grande excitation indienne qui prévaut ici depuis un mois, avec très peu de chances de s'atténuer. Il n'y a encore eu personne tué sur la pente du Missouri, mais la cavalerie Dakota a eu une escarmouche avec eux juste en dessous de JamesRiver, mais les deux parties avaient tellement peur l'une de l'autre qu'elles ne s'approchèrent pas à distance de mort.
L'effervescence a déjà plus de la moitié dépeuplée du Territoire. J'aurais dû partir pour le Minnesota avant cette fois s'il n'y avait pas eu le raid indien dans ce territoire. Les femmes sont devenues si effrayées que les jeunes hommes ont dû rester et leur offrir toute la protection qu'ils pouvaient. Je ne pourrai peut-être pas partir avant le printemps. Je pense que l'excitation actuelle suffit à ruiner le Territoire. Je n'ai jamais été témoin d'une telle panique que celle que nous avons connue. De nombreuses personnes ont fui en laissant tout derrière elles, la literie, les meubles de maison et tout. Je n'ai pas eu très peur de perdre mon cuir chevelu, pourtant il y a peut-être plus de danger que je ne l'appréhende. Nous avons des récits épouvantables du massacre du Minnesota – qui contribuent à accroître les peurs des gens ici.
Je préfère me risquer ici que dans l'armée combattant le sud. Si, je dois combattre soit je préfère combattre les peaux rouges.

Donnez mes respects à tous les amis curieux et acceptez la même chose vous-même.
Respectueusement vôtre,
J.H. Shober

Yancton, D.T. 15 octobre 1862. Service de courrier deux fois par semaine sur la route de Sioux City, Iowa à Fort Randall. La lettre ci-jointe note que les troubles indiens diminuaient.

Cher père,
Je reçois aujourd'hui une lettre que vous avez écrite au maître de poste de Sioux City pour demander où je me trouve.
Je vous ai écrit immédiatement après que l'excitation indienne a commencé à vous informer de l'état des affaires dans ce territoire. Les citoyens ici vers le 10 septembre sont devenus très alarmés, et la crainte d'une guerre indienne générale était universellement répandue dans tout le territoire. Les gens sont devenus fous d'excitation et de peur. Ils couraient dans tous les sens, s'attendant à ce que le tommahawk et le scalpel se rapprochent d'eux. Les femmes, les enfants et beaucoup d'hommes étaient tellement alarmés qu'ils ne pouvaient se protéger ou protéger les autres. Je pensais que dans les circonstances, il était de mon devoir de rester et de leur offrir toute la protection que je pouvais. S'il n'y avait pas eu les probabilités d'une épidémie indienne ici, j'aurais été au Minnesota avant cette fois. Je sentais qu'il était de mon devoir de rester ici et d'aider à la défense des sans défense.
La perspective de la paix est maintenant meilleure qu'auparavant et beaucoup pensent que nous ne serons plus troublés par des Indiens hostiles. Je ne pourrai revenir qu'après le premier janvier. Si l'excitation est apaisée à ce moment-là, je m'efforcerai d'aller au Minnesota.
Il n'y a eu que deux personnes tuées dans le territoire du Dakota par les Indiens, et celles-ci ont été tuées à Sioux Falls.

Je n'ai rien d'intéressant particulier à vous approfondir à présent. Présentez mes respects à tous les amis curieux et informez-les que mon cuir chevelu va encore bien. Écrivez-moi dès que vous recevez ceci, et donnez-moi toutes les informations que vous pouvez concernant les déprédations indiennes dans le Minnesota.
Respectueusement vôtre,
J.H. Shober


Histoire de Yankton - Histoire

En juin 1996, un groupe de généalogistes a organisé la base de données complète de généalogie du Dakota du Sud (SDGenweb) similaire à la base de données complète de généalogie du Kentucky fondée par Jeff Murphy. L'idée était de fournir un point d'entrée unique pour tous les comtés du Dakota du Sud, où les bases de données collectées seraient stockées. De plus, les bases de données seraient indexées et réticulées, de sorte que même si un individu était trouvé dans plus d'un comté, il pourrait être localisé dans l'index. Dans le même temps, des volontaires ont été trouvés qui étaient disposés à coordonner la collecte des bases de données et à superviser généralement le contenu de la page Web. SDGenweb a de nombreux liens vers d'autres informations pour le comté de Yankton. Cela vaut également la peine de s'y rendre. SDGenweb fait partie du projet USGenWeb. Un index de tous les noms de famille qui se trouvent dans les bases de données des différentes pages Genweb des États et des comtés se trouve ici.

La personne responsable du comté de Yankton est Joy Fisher.

Informations et bases de données du comté de Yankton J'aimerais que cette section inclue des liens vers vos pages Web de généalogie, des informations à jour sur les sociétés généalogiques et historiques, y compris les horaires des réunions et les bulletins d'information, les réunions de famille et toute autre publication ou information susceptible de vous intéresser. S'il vous plaît envoyez-moi des informations à inclure dans cette section.


Tribu Sioux Yankton


Réservation: La réserve de Yankton fait partie du comté de Charles Mix
Division: Yankton
Bandes: Ihanktonwan
Aire d'atterrissage: Environ 40 000 hectares
Siège social tribal : Wagner, SD
Fuseau horaire: Central
Langue traditionnelle : Dakota
Membres inscrits vivant dans la zone : 3,500
Principaux employeurs : Fort Randall Casino, Indian Health Service, bureau tribal, Bureau of Indian Affairs, Marty Indian School
Profil statistique 2010 de la tribu Yankton Sioux (pdf)

Gouvernement

Charte : Aucune Constitution et statuts : Oui - non-IRA
Date d'approbation : 24 avril 1963
Nom de l'organe directeur : Yankton Sioux Tribal Business and Claims Committee
Nombre de membres du comité : (5) cinq membres du comité
Dates des amendements constitutionnels : 20 mars 1975
Nombre de dirigeants mandataires sociaux : (4) Président, Vice-Président, Secrétaire, Trésorier

Élections

La tribu Yankton Sioux a quatre postes de direction, à savoir : président, vice-président, secrétaire et trésorier. Les quatre postes ont des mandats de 2 ans et les élections ne sont pas échelonnées. La tribu Yankton Sioux n'a pas de districts, et les représentants du conseil sont élus pour un « grand nombre ». Les représentants du conseil remplissent des mandats de 2 ans.

Les élections primaires pour la tribu ont lieu en juillet de l'année électorale et les élections générales ont lieu début septembre. Les nouveaux officiers prêtent serment fin septembre.

Nombre de circonscriptions électorales ou de communautés : 5

Réunions

Des réunions d'affaires régulières ont lieu une fois par semaine, généralement le mardi. Une réunion annuelle du Conseil général est fixée au troisième mardi d'août de chaque année.

Membres tribaux notables

La légende raconte que lorsqu'il est né en 1804, Struck By The Ree, un chef Yankton, a été enveloppé dans un drapeau américain par Meriwether Lewis. Lewis et Clark étaient dans la région pour explorer les terres d'achat de la Louisiane. En tant que leader, Struck By The Ree a réussi à se lier d'amitié avec les Blancs, tout en restant dévoué et fidèle à son peuple. Il est mort en 1888 à Greenwood

Président actuel : Robert Flying Hawk

Coordonnées tribales

Case postale 1153
Wagner, SD 57380
Téléphone (605) 384-3641
Télécopieur (605) 384-5687


Culture Sioux pré-contact

Les hommes sioux ont acquis un statut en accomplissant des actes courageux dans des chevaux de guerre et les scalps obtenus lors d'un raid étaient une preuve de bravoure. Les femmes sioux étaient douées pour la broderie de plumes de porc-épic et de perles, privilégiant les motifs géométriques. La police communautaire était assurée par des sociétés militaires masculines, dont la tâche la plus importante était de superviser la chasse au bison. Les sociétés de femmes se concentraient généralement sur la fertilité, la guérison et le bien-être général du groupe. D'autres sociétés se sont concentrées sur la danse rituelle et le chamanisme.

La religion faisait partie intégrante de tous les aspects de la vie des Sioux, comme c'était le cas pour tous les peuples amérindiens. Les Sioux ont reconnu quatre pouvoirs comme président de l'univers, et chaque pouvoir à son tour a été divisé en hiérarchies de quatre. Le buffle avait une place prépondérante dans tous les rituels sioux. Chez les Teton et les Santee, l'ours était également un animal d'importance symbolique. Le pouvoir de l'ours obtenu dans une vision était considéré comme curatif, et certains groupes ont organisé une chasse à l'ours cérémonielle pour protéger les guerriers avant leur départ pour un raid. La guerre et le surnaturalisme étaient étroitement liés, dans la mesure où les motifs suggérés dans les visions mystiques étaient peints sur des boucliers de guerre pour protéger les porteurs de leurs ennemis. La danse du soleil annuelle était l'événement religieux le plus important.


Quoi Yankton les dossiers de famille trouverez-vous?

Il y a 1 000 enregistrements de recensement disponibles pour le nom de famille Yankton. Comme une fenêtre sur leur vie quotidienne, les registres de recensement de Yankton peuvent vous dire où et comment vos ancêtres travaillaient, leur niveau d'éducation, leur statut d'ancien combattant, etc.

There are 8 immigration records available for the last name Yankton. Les listes de passagers vous permettent de savoir quand vos ancêtres sont arrivés aux États-Unis et comment ils ont effectué le voyage - du nom du navire aux ports d'arrivée et de départ.

There are 270 military records available for the last name Yankton. For the veterans among your Yankton ancestors, military collections provide insights into where and when they served, and even physical descriptions.

There are 1,000 census records available for the last name Yankton. Like a window into their day-to-day life, Yankton census records can tell you where and how your ancestors worked, their level of education, veteran status, and more.

There are 8 immigration records available for the last name Yankton. Les listes de passagers vous permettent de savoir quand vos ancêtres sont arrivés aux États-Unis et comment ils ont effectué le voyage - du nom du navire aux ports d'arrivée et de départ.

There are 270 military records available for the last name Yankton. For the veterans among your Yankton ancestors, military collections provide insights into where and when they served, and even physical descriptions.


Yankton Sioux Tribe

On the banks of the Missouri River, immediately downstream from Fort Randall Dam, hours can be spent peacefully watching the water flow, observing the animals and birds that frequent the area, and enjoying the breathtaking beauty of the surrounding shoreline.

The reservation is the homeland of the Ihanktonwan or Yankton and the Ihanktowanna or Yanktonai who refer to themselves as Nakota. The reservation covers approximately 262,300 acres. It is the second-largest Indian reservation in the United States that is located entirely within one county.

Folklore has it that while Lewis and Clark convened with the Yanktons in 1804 on Calumet Bluff, a male child was born. Learning of this fact, Captain Lewis sent for the child and wrapped him in an American flag. Lewis proceeded with a speech in which he prophesied that the boy would live to become eminent among his people and would be a great friend of the white men. Struck By The Ree (1804-1888) grew up to become Chief of the Yankton Tribe. As a leader, he befriended the whites, yet remained dedicated and loyal to his people. He died in Greenwood, South Dakota.

ATTRACTIONS

The Yankton Tribe maintains a buffalo herd that roams near the Treaty of 1858 Monument which stands on a hill north of Greenwood overlooking the Missouri River. The monument pinpoints the spot where a treaty designating land for the Dakota Sioux was signed.

Just north of the Treaty Monument is Struck By The Ree’s grave. A stone image commemorating this great leader marks his gravesite.

Lake Francis Case, a Missouri River reservoir, draws visitors who enjoy swimming, fishing, camping and other outdoor activities. Fort Randall Dam, the large earthen dam that creates Lake Francis Case, is located at Pickstown.

Wildlife and waterfowl can be observed in their natural habitat at Lake Andes National Wildlife Refuge north of Pickstown. Grebes, pelicans, herons and gulls are commonly spotted species. White-tailed deer and ring-necked pheasants inhabit the grasslands surrounding the lake.

Les Ihanktonwan Community College was established by the tribe in 1997 to preserve the Nakota/Dakota language, history and culture for the purpose of vocational and technical education, leading to degrees and certificates in higher education. It is located in Marty.

Beginning near Running Water and following the Missouri River, the southern section of the Native American Scenic Byway winds through the Yankton Tribal Lands and is intersected by the Oyate Trail near Wagner.

Les Lewis and Clark Visitor Center is located atop historic Calumet Bluff where Lewis and Clark convened with the Yankton Sioux Tribe. The Visitor Center overlooks the Missouri River, Lewis and Clark Lake and the city of Yankton.

Les Fort Randall Casino, Hotel & Restaurant, owned by the tribe, is located near Wagner. The casino offers slots, Blackjack, poker, a full-service restaurant and lounge, and live entertainment. Local musicians and big name entertainers appear regularly at the casino.


History of Yankton - History

The National Endowment for the Humanities awarded the South Dakota State Historical Society-State Archives a $294,665 grant in 2014 to digitize historical newspapers. The project is part of a Library of Congress initiative to develop an online database of select newspapers.

The South Dakota State Archives is partnering with the Minnesota State Historical Society on this project.
The project will allow for the digitization of close to 100 rolls of newspapers pre-dating 1922.
The digitized versions of the newspapers will appear on the Library of Congress website, Chronicling America.

Now Available on Chronicling America

The Star (Aberdeen, SD) - 1894
The State Democrat (Aberdeen, SD) - 1898-1900
The Aberdeen Democrat (Aberdeen, SD) - 1902-1909

Big Stone City

The Grant County Herald (Big Stone City, SD) - 1879-1883
The Herald (Big Stone City, SD) - 1883-1890

Die Eureka Post (Eureka, SD) - 1904-1912
Eureka Post (Eureka, SD) - 1906-1907

Forest City

Hot Springs

The Hot Springs Star (Hot Springs, SD) - 1887-1892
Hot Springs Weekly Star (Hot Springs, SD) - 1892-1917

North Lemmon

Sioux Falls

Timber Lake

Warner Weekly Sun (Warner, SD) - 1883-1885
Warner Sun (Warner, SD) - 1885-1888


Voir la vidéo: Aller a north yankton sur GTA V solo!